Marie-Josée Vilar

Marie Josée VILAR naît à Paris.
L’enfance s’y passe et se partage les étés dans une Espagne solaire
mouillée de Méditerranée et des sueurs froides du franquisme . 
On la retrouve sur des bancs de classe de l’école publique et de l’Université ainsi que dans tous les lieux où la vie se dit en chansons.
Dans les cabarets de Montmartre , ceux de la rue Mouffetard de Saint Germain des Prés , autour de La Seine .
« Cette forme d’expression s’est imposée à moi et il ne m’a plus jamais été possible d’envisager de vivre sans elle »
Sa rencontre avec Claude Dejacques , qui lui fait signer son premier contrat chez Festival en 1970 , lui apportera aussi le plaisir de se voir remarquée et fort appréciée par Georges BRASSENS .
Décalée , audacieuse , jamais vulgaire , rebelle sans provocation :
« J’ai bien du mal à être « professionnelle » comme on l’entend habituellement,
je suis persuadée de la valeur des contraires comme la présence de blanc dans le noir, de mouvement dans l’immobile ou de bruit dans le silence . J’ai besoin donc d’une sorte de fouillis pour montrer la rigueur »

 

Plus d'informations sur leur site !